Photos du spectacle


Description du live :

Mylène Farmer - Ouverture

Après sept ans d'absence sur scène et avec un succès toujours grandissant, Mylène décide, à la sortie d'Anamorphosée, de remonter sur les planches. Tout sera mis en œuvre pour que ce spectacle soit exceptionnel. L'univers morbide du live 89 a disparu et l'on adopte ici la technologie.
La scène ne possède pas de décor. Seul un écran géant domine celle-ci. L'Ouverture commence et la scène est illuminée grâce aux effets pyrotechniques. Ce prologue n'est autre qu'un long arrangement de Vertige, qui démarre au bout de cinq minutes. C'est alors que Mylène fait son entrée, flamboyante. Encore une fois, il n'y a pas de lever de rideau. C'est plutôt une montée d'ascenseur. Mylène arrive donc de sous la scène grâce à un élévateur. Son entrée est très dévêtue. En même temps que Mylène grimpe, un drap en matière synthétique descend. Elle l'enfile. Son entrée est aussi très nouvelle : elle se laisse avancer vers l'avant-scène grâce à un tapis roulant. Couleurs, fumées, lumières, sa coiffure structurée ... bref, Mylène a mis le paquet. Elle chante Vertige sur l'avant-scène, avec un micro manuel. A la fin, elle se rapproche de l'écran et redescend tandis que les choristes prennent le relais.

Mylène Farmer - Vertige

California débute. La salle est plongée dans une poursuite de police, le son des gyrophares à l'appui. Puis l'on entend un hélicoptère et la musique qui commence. Pour ce titre, Mylène utilise un remix ("Wandering mix"). La version est très énergique. Tout le long du pont musical, la chorégraphie est plutôt bouddhiste. Mylène porte un pantalon et un soutien-gorge en satin (ou en soie). Les deux danseuses qui l'accompagnent sont habillées style cow-girls. La chorégraphie devient sexy. Mylène termine la chanson sur l'avant scène en se déambulant puis rejoint les choristes. Les lumières s'éteignent, on retrouve les poursuites qui parcourent le public et les sirènes du L.A.P.D.

Mylène Farmer - California

Les premières notes de Que mon cœur lâche retentissent. La scène s'éclaire petit à petit. Mylène, qui se trouve dans une lumière rouge, s'agite très sensuellement le long d'une barre verticale (qui n'est pas sans rappeler le clip de cette chanson). De chaque côté de la scène, deux hommes sont enfermés dans de grandes bulles en plastique, en se dandinant aussi le long d'une barre. Mylène est à présent au milieu de la scène, qu'elle parcourt. Après avoir partagé un moment avec le public, Mylène termine la chanson devant l'écran géant qui diffuse une lumière intense. La salle étant plongée dans le noir, on n'aperçoit que la silhouette de la chanteuse.

Mylène Farmer - Que mon coeur lâche

Et tournoie... commence. Deux danseurs, habillés en lamé encadrent Mylène qui a enfilé une sorte de châle en mailles brillantes. Les danseurs font des gestes amples, c'est une chorégraphie très "troisième millénaire". Mylène se retire, la chanson est terminée par les choristes.

Mylène Farmer - Et tournoie

La salle est dans le noir. Les premières notes de Je t'aime mélancolie retentissent et Mylène rejoint ses danseurs déjà sur scène. Elle porte un pantalon et une chemise ouverte en voile rouge, laissant entrevoir un soutien-gorge de la même couleur. Les danseuses ont un pantalon et un haut en voile clair tandis que les danseurs arborent un kimono en satin marron. Mylène accompagne son interprétation d'une chorégraphie simple mais efficace. Pendant le passage musical, on retrouve un jeu de lumières qui rythme les pas cadencés. La chanson terminée, Mylène vient parler au public. Nous aussi on est heureux de te retrouver. La lumière s'éteint alors qu'elle s'en va.

Mylène Farmer - Je t'aime mélancolie

La musique de L'autre débute. Mylène a quitté sa chemise et, comme pour toutes les chansons où elle ne danse pas, elle a quitté son micro oreillette. Elle interprète donc ce titre toute seule au milieu de la scène devant l'écran bleuté. L'émotion de la chanteuse se fait sentir, elle ne peut plus chanter, le public prend la relève. Elle est désormais sur l'avant-scène, en larmes, admirant son public. C'est le premier vrai contact avec lui. La chanson se termine.

Mylène Farmer - L'autre...

Le pont musical de Libertine s'enchaîne. Sur une musique électronique, Donna et Valérie, habillées de cuir noir en prostituées, font tourner un trône jaune et violet sur lequel se trouve Mylène, portant des collants à résille, un petit short, un body, des gants couleurs chair et des grandes bottes argentées. Les danseurs sont devant, portant des chemises et pantalons noirs. Ainsi sur son trône, Mylène supervise. Elle chante tout en prenant des positions sexy. A mi-chanson, les danseurs cachent le trône et donc Mylène. La chanson reprend, Mylène a enfilé un pantalon couleur chair. Elle est debout et la chanson est terminée.

Mylène Farmer - Libertine

La salle est dans le noir, on ne distingue que les danseuses. L'instant X débute. Mylène est éclairée un peu plus loin, rejoint par ses danseuses. La chorégraphie n'est plus sexy mais sexuelle. A nouveau sur l'avant-scène, elle s'amuse avec le public pendant le passage musical. Elle finit la chanson ainsi, parcourant la scène, avec son public. Mylène s'en va. Commence alors un morceau musical, rythmé par la batterie d'Abraham. Comme en 89, plusieurs musiciens ont pris possession de la scène. On aime, ou on n'aime pas, tout le monde reconnaît le talent extraordinaire du batteur lors de son solo. Les musiciens excellent. Le public se déchaîne et ne voit pas le temps passer. Les cinq minutes écoulées, la salle est à nouveau dans le noir.

Mylène Farmer - L'instant X

Suit alors Alice. Mylène est en l'air, assise sur une géante araignée noire métallique. Celle-ci descend puis stationne à quelques mètres du sol. Les danseurs sont habillés en noir. Quand l'araignée finit sa descente, Mylène est debout, se tenant à une des chaînes qui supportent l'objet. Les danseurs viennent démonter les pates de l'araignée afin que Mylène accède à la scène et s'en vont. Elle porte les bottes et le short de Libertine et a enfilé une tunique en dentelle noire. Elle termine la chanson, positionnée comme une araignée.

Mylène Farmer - Alice

Elle enchaîne Comme j'ai mal, toute seule au milieu de la scène illuminée par tout plein de projecteurs. Elle est à nouveau proche de son public, touchant les mains de quelques chanceux près de l'avant-scène. Elle parle au public, se retire doucement.

Mylène Farmer - Comme j'ai mal

Sans contrefaçon commence avec quatre danseurs habillés en drag-queen discos. Mylène les rejoint, vêtue de talons, d'un pantalon noir, d'un peignoir et d'une écharpe d'homme. La version est très énergique et le public se déchaîne reprenant en chœur un des plus gros tubes de la star. La chorégraphie est très drag-queen. Mylène fait participer le public. Le titre terminé, elle le fait reprendre, justifiant que celle-là, c'est la nôtre. Les projecteurs sont verts, jaunes, rouges et bleus, couleurs des perruques des danseurs.

Mylène Farmer - Sans contrefaçon

Elle enchaîne, accroupie au milieu de la scène, avec Mylène s'en fout. Mylène nous interprète pour la première fois en live ce titre magnifique. La chanteuse rejoint l'écran géant, la salle est plongée dans le noir tandis que l'on entend une musique qui introduit Désenchantée.

Mylène Farmer - Mylène s'en fout

Mylène a quitté son peignoir, nous laissant voir un top noir, comme les danseuses qui portent en plus des lunettes de soleil. A la place des tops, les danseurs portent un tee-shirt court noir. La chorégraphie est saccadée. A nouveau, cette chanson est la notre et Mylène fait reprendre le public.

Mylène Farmer - Désenchantée

Un bruit de fusée puis une musique spatiale en guise de pont musical débutent Rêver. Mylène porte une robe lamée. L'émotion est à son comble, la chanteuse pleure, le public la remplace mais n'en pas moins ému. Déjà, cette chanson ne nous laissait pas indifférents. En concert, elle transforme la soirée en un des plus beaux moments du spectacle.

Mylène Farmer - Rêver

Mylène revient vers le milieu de la scène où l'attend un tabouret. Assise, elle s'adresse au public et lui dédie Laisse le vent emporter tout. L'émotion revient au galop. Mylène pleure, puis la chanson terminée, quitte la scène. Une musique au piano va laisser s'échapper l'émotion peu à peu. Le public tape dans ses mains au rythme de la musique.

Mylène Farmer - Laisse le vent emporter tout

Pour Tomber 7 fois..., et après avoir repris ses esprits, Mylène porte un pantalon et un soutien-gorge clair, et un manteau long en cuir marron. Elle présente les excellents musiciens américains, puis les danseurs, avant de reprendre plusieurs fois le refrain, comme pour un final, puis s'en va.

Mylène Farmer - Tomber 7 fois

La salle est dans le noir. Le premier rappel est Ainsi soit je... Mylène est revenue sans son manteau. A nouveau, l'interprétation est magnifique, accompagnée au piano d'Yvan Cassar..

Mylène Farmer - Ainsi soit je

Lorsque le titre est terminé, Mylène, émue aux larmes surprend avec son deuxième titre de rappel. Yvan nous propose un arrangement de La poupée qui fait non, que Mylène chante en duo avec Khaled qui apporte une touche orientale. On écoute et l'on aime ce duo de voix qui vont bien ensemble. "Bonsoir", Mylène et Khaled s'en vont.

Mylène Farmer - La poupée qui fait non

La scène est fumigée, l'on entend le train et l'on reconnaît donc XXL. Mylène arbore une combinaison noire échancrée devant et sur les côtés.
Elle est surélevée par un monte charge. Les danseurs portent un pantalon et un débardeur en tissu synthétique doré. Pour ce final, la chanteuse utilise tous les moyens techniques, à savoir lumières, jets d'étincelles... Elle fait reprendre le public. La chanson est terminée, le concert aussi.

Mylène Farmer - XXL

Encore une fois, Mylène a montré de quoi elle était capable. Préférant exhiber sa féminité, elle préfère danser en talons aiguilles plutôt que déguisée en vampire. Elle embauche des musiciens de Los Angeles, qui donnent à ce concert une qualité musicale exceptionnelle. Enfin, il y a des moyens techniques, Mylène le sait et s'en sert.

 

Staff Live à Bercy :

Production du spectacle : Tuxedo Tour en accord avec Thierry Suc
Conception du spectacle : Mylène Farmer et Laurent Boutonnat
Conception du décor : Xavier Grosbois et Jean-Michel Laurent
Création des costumes : Paco Rabanne
Conception des lumières : Fred Peveri
Coiffure et maquillage : Pierre Vinuesa
Son salle : Laurent Buisson
Chorégraphies : Mylène Farmer, Christophe Danchaud, Jaime Ortega
Danseurs : Christophe Danchaud, Jermaine Browne, Augustin Madrid Ocampo Jr., David Matiano, Roberto Martocci, Brian Thomas
Danseuses-choristes : Donna De Lory, Valérie Bony
Choristes : Carole Rowley, Esther Dobong'Na Essienne
Direction musicale / Claviers : Yvan Cassar
Claviers et percussions : Susie Davis
Guitares : Jeff Dahlgren,  Brian Ray
Basse : Jerry Watts Jr.
Batterie : Abraham Laboriel Jr.
Choristes : Carole Rowley et Esther Bobong'na Essienne

 

Les dates :

samedi 25 mai 1996Toulon
vendredi 31 mai 1996Paris-Bercy
samedi 1 juin 1996Paris-Bercy
jeudi 6 juin 1996Bruxelles
dimanche 9 juin 1996Strasbourg (annulée)
mardi 11 juin 1996Bordeaux
mercredi 12 juin 1996Toulouse
jeudi 13 juin 1996Montpellier
vendredi 14 juin 1996Marseille
samedi 15 juin 1996Lyon
dimanche 16 juin 1996Mulhouse (annulée)
mardi 18 juin 1996Angers (annulée)
jeudi 20 juin 1996Lille (annulée)
samedi 22 juin 1996Caen (annulée)
dimanche 23 juin 1996Metz (annulée)
mardi 25 juin 1996Grenoble (annulée)
mercredi 26 juin 1996Genève (annulée)
vendredi 28 juin 1996Paris-Bercy (annulée)
vendredi 29 novembre 1996Toulon
samedi 30 novembre 1996Nîmes
mardi 3 décembre 1996Metz
mercredi 4 décembre 1996Lyon
jeudi 5 décembre 1996Orléans
vendredi 6 décembre 1996Lille
mardi 10 décembre 1996Genève
mercredi 11 décembre 1996Grenoble
jeudi 12 décembre 1996Paris-Bercy
samedi 14 décembre 1996Angers
dimanche 15 décembre 1996Caen

- retour -